Immersion au cœur du fantastique jardin de Peradeniya au Sri Lanka…

10 Mai 2012

Le Sri Lanka est renommé pour ses cultures de thé, de caoutchouc ou encore de noix de coco mais qui pourrait croire que toutes ces cultures sont en fait issues… d’un jardin ? Et plus précisément du jardin de Peradeniya conçu dès le XIV° siècle et qui est aujourd’hui un des plus grands d’Asie.

 

Le jardin botanique royal de Peradeniya est le plus grand du Sri Lanka et ne pourrait pas être mieux localisé. Bercé par le climat méditerranéen de la région de Kandy, le jardin situé 500 mètres au-dessus de la mer est entouré par la rivière Mahaweli, la plus grande du Sri Lanka. Le Temple de la Dent, un haut lieu de pèlerinage bouddhiste, se trouve en outre à seulement quelques kilomètres.

 

Etymologiquement, le mot « Peradeniya » viendrait du mot « goyave » en cingalais qui se dit « Pera » et du mot « plaine » qui se dit « Deniya ». Son nom révèle que même si la goyave n’est pas un fruit endémique du Sri Lanka, puisqu’ayant été importée, sa culture a été grandement favorisée et valorisée notamment au cours de la période coloniale.

 

L’édification du jardin Peradeniya: un sacrifice imposé aux Sri lankais

 

Le jardin a été initialement conçu en 1371 comme un jardin dédié au plaisir de la reine du Sri Lanka, il a ensuite été particulièrement développé par le roi Kirti Sri Rajasinhe dans les années 1750 puis converti en jardin botanique en 1821 par les Anglais, six ans après la chute du dernier roi du Sri Lanka. Ce magnifique jardin tel que nous le connaissons aujourd’hui n’existerait certainement pas sans la colonisation britannique (1815 - 1948), néanmoins les Sri Lankais ont d’abord dû payer un tribut très lourd pour son édification. Ce sont en effet des milliers de collines sur un territoire allant de Kandy à Badulla (soit environ 150 kilomètres) qui ont été déboisées, détruisant du même coup un patrimoine inestimable initialement protégé par les principes bouddhistes.

 

Ces terrains furent d’abord utilisés pour planter du café puis après une grave crise dû à une bactérie, la culture du fameux thé Ceylan commença à se développer à grande échelle. Dans le même temps, la mise en place du jardin Peradeniya à proprement parler commença sur une partie de ce territoire. Tous les produits importés (thé, café, muscadier ou encore caoutchouc) furent d’abord testés dans ce jardin avant que leur production ne soit généralisée dessinant les contours de ce qui allait devenir un pilier de l’économie du Sri Lanka.

 

 Le jardin de Peradeniya : symbole de l’ouverture du Sri Lanka

 

Le jardin tel que nous pouvons le visiter aujourd’hui fait près de 60 hectares et compte pas moins de 30 circuits en son sein. On y recense environ dix mille plantes et arbres de 4000 espèces différentes. La végétation est typiquement tropicale avec ses éléments caractéristiques : plantes grimpantes, palmiers, bambous et plus petites plantes comme les fougères ou encore les orchidées.

 

Ce qui étonne lorsque l’on parcourt cet immense jardin c’est la taille des végétaux qui nous entourent : les troncs et les feuilles des arbres paraissent immenses, les fleurs que nous avons l’habitude de voir sembleraient surement minuscules comparé aux fleurs grandes ouvertes et brillantes de ce jardin. Quant aux fruits, ils sont sensiblement plus gros et plus colorés que ce que l’on peut voir habituellement. Mais il ne faut pas s’y tromper, le jardin Peradeniya n’est pas une multiplication de plantes poussant anarchiquement.

 

Au contraire, ce jardin est entretenu et les plantes sont réparties avec soin afin de favoriser leur développement mais aussi de rendre le parc accessible au plus grand nombre. C’est ainsi près de 5% des écoliers du Sri Lanka qui le visitent chaque année. En ce sens, des allées ont été faites telles que « l’allée des double cocotiers » ou « l’allée des palmiers royaux » et sont présentées sur une carte. Il y a également de nombreux pavillons dédiés à une ou plusieurs espèces de fleurs comme les orchidées, les hibiscus ou encore les chrysanthèmes. C’est alors une véritable bouffée de senteurs et de parfums qui enivre le visiteur dès qu’il entre dans ces lieux privilégiés. 

 

Parmi les espèces les plus rares de ce jardin, on peut citer l’arbre Coco de mer qui a les plus larges et lourds fruits existants, ils pèsent en effet entre 10 et 20 kilos ! Il s’agit d’un arbre importé étant donné qu’on ne le trouve normalement qu’à Praslin, une ile des Seychelles. Etape obligée de cette escapade au jardin de Pradeniya : le mémorial... Loin de l’image austère que ce mot peut véhiculer, on retrouve dans cet endroit de plus d’un hectare des arbres plantés par des princes ou grands dirigeants des siècles passés.

 

On peut ainsi admirer le Flamboyant de Madagascar que la princesse de Prusse a planté en 1899 ou encore arbre « Na » planté en 1891 par le Tsar de Russie. La coutume a perduré durant de nombreuses décennies si bien que des personnalités telles que Indira Gandhi, le premier ministre de l’Inde pendant près de 15 ans, ou encore Youri Gagarine, le premier homme à aller dans l’espace, ont également leur arbre au jardin de Peradeniya. Ce jardin, qui contribue aujourd’hui à la préservation de la faune et la flore de l’île, est un marqueur de l’histoire riche et complexe du Sri Lanka : c’est ce qui rend ce pays souvent difficile à appréhender.

 

Au Cœur du Voyage vous accompagne et vous conseille afin de rendre votre voyage au Sri Lanka inoubliable.