Le rhum Charrette de La Réunion, nectar de l’île intense

21 Août 2012

On connaît le rhum antillais mais on fait aussi du rhum dans l’Océan Indien et notamment à La Réunion où l’on ne jure que par le rhum Charrette, typique de l’île intense. Il rythme la vie des Réunionnais et entre rhum blanc, rhum arrangé et punch, il tient le haut de l’affiche à La Réunion !

 

La naissance du rhum Charrette réunionnais

 

La première distillerie a été ouverte en 1815 par Charles Panon-Desbassyns mais des productions isolées ont été constatées dès le XVII°s. Les distilleries se multiplient et on légifère rapidement par rapport aux taxes sur les spiritueux ainsi que pour la réglementation et le stockage notamment. Dans la seconde moitié du XIXème siècle, on compte près de 40 distilleries et la production se stabilise autour de 2 millions de litres de rhum. Une grande partie de la production est exportée en direction de la métropole qui est quasiment le seul importateur du rhum de La Réunion.

 

 

En 1921, l’appellation « rhum » est réglementée : « La dénomination de rhum ou tafia est réservée à l’eau-de-vie provenant exclusivement de la fermentation alcoolique et de la distillation soit des mélasses provenant de la fabrication du sucre de canne, soit du jus de canne à sucre. » Cette réglementation montre l’importance prise par le rhum dans la vie économique de l’île de La Réunion. Malheureusement, en 1922, un contingentement du rhum réunionnais exporté en France métropolitaine est un véritable choc pour la production de rhum Charette.

 

 

La demande s’effondre avec la fin de la guerre qui a vu la consommation de rhum bondir en métropole. Les territoires d’outre-mer et notamment La Réunion se retrouvent avec une capacité de production et une production bien supérieure à la demande effective. Cela remet en cause un modèle économique qui tendait à se focaliser sur la production de rhum. Néanmoins, la production n’est pas abandonnée et la consommation continue à se développer localement.

 

 

En 1972, les producteurs de rhum créent le GIE Rhums Réunion afin de conditionner et commercialiser leurs rhums en bouteille, en effet, le rhum était préalablement vendu « en vrac ». C’est la naissance du rhum Charrette. Cette appellation lui donne une image pour la population qui l’adopte d’autant plus, au point d’en faire un véritable symbole de La Réunion. Symbole de convivialité et plaisir, le rhum se boit en famille et entre amis. On avait coutume d’en offrir également un petit verre aux visiteurs. Il accompagnait la vie de tous les jours comme les grandes célébrations et on lui prêtait même des vertus thérapeutiques !

 

Evolutions et modernisation du rhum Charrette réunionnais

 

Il existe différents types de rhum. Le rhum traditionnel agricole est issu de la fermentation et de la distillation du jus de canne. Contrairement au rhum traditionnel de sucrerie qui est distillé à partir de la mélasse (un sirop brun obtenu après extraction par cristallisation d’une partie du sucre de canne).

 

 

A partir du rhum blanc, on peut obtenir du « rhum vieux » après une maturation particulière de plus de 3 ans en fûts de chêne et du « rhum maturé » si on utilise des foudres de chêne qui donnent au rhum une belle couleur ambrée. A partir de ce rhum, les Réunionnais font du rhum arrangé en laissant macérer dans du rhum des fruits, des plantes ou des épices avec du sucre, du miel ou du sirop de canne pendant plusieurs semaines. On peut le consommer en apéritif ou digestif selon les goûts. De nombreuses personnes font elles-mêmes leur rhum arrangé et le partagent volontiers avec leurs invités.

 

 

Si vous trouvez le rhum pur trop fort, vous pouvez opter pour des punchs ou des cocktails. Les punchs se font à base de rhum, de jus de fruit et de sucre… moins fort que le rhum arrangé, on retrouve le goût du rhum allié à celui des fruits et autres épices. Le cocktail allie le rhum à d’autres liqueurs, jus de fruits ou sirops. Les cocktails sont davantage connus mais les punchs sont plus traditionnels, on retrouve davantage le goût du rhum et des fruits. De nombreuses personnes font elles-mêmes leur punch. Le rhum Charrette est ainsi encore largement consommé à La Réunion, d’autant plus qu’il est utilisé pour la cuisine et notamment pour les desserts. Depuis quelques années, celui-ci cherche à se moderniser afin de toucher les jeunes adultes. Un nouveau design épuré et vert fluorescent a ainsi été lancé. Il s’agit d’un produit décalé et festif pour séduire le public branché du monde de la nuit.

 

 

Si vous souhaitez découvrir en détail toute l’histoire du rhum, n’hésitez pas à vous rendre à La Saga du Rhum près de St Pierre à La Réunion. On y découvre toute l’histoire du rhum ainsi qu'une présentation des techniques de fabrication dans cette ancienne distillerie. A la fin de la visite, on vous fera goûter gratuitement des rhums arrangés typiques. Le rhum Charrette, tout comme son histoire, est envoutant mais il convient de le consommer avec modération.

 

 

Au Cœur du Voyage vous fait découvrir La Réunion et sa culture festive au cours de circuits dans cette île intense.