Le programme écologique de La Réunion: un projet d’avenir

6 Juin 2013

La Réunion se place depuis quelques années dans une perspective d’écologie environnementale, son objectif est d’acquérir une complète autonomie énergétique d’ici 2030. L’île intense possède de multiples ressources naturelles, et la préservation de sa nature est une priorité d’avenir pour elle. Un bel objectif pour La Réunion, une île de plus en plus à la pointe des outils d’agro-écologie.

 

La Réunion : une terre d’énergie renouvelable

 

L’île de La Réunion mise depuis quelques années sur ses investissements dans les énergies renouvelables, déchets, production agricole, transports… Depuis quelques temps l’île recycle les déchets de la récolte de canne à sucre, cette initiative a été lancé en 2009 par le projet GERRI (Grenelle de l’Environnement à La Réunion, Réussir l’Innovation). Basé sur cinq axes, ce projet est issu du Grenelle de l’environnement : l’un des premiers objectifs est que 100% des transports de l’île soient propres d’ici 2030 (véhicules hybrides, voitures électriques, tram-train…).

 

Toutefois ce projet se situe dans la continuité de ce que fait déjà l’île depuis plusieurs années, en effet la première centrale électrique alimentée par biomasse a ouvert en 1992. D’autres programmes sont en cours d’élaboration : l’utilisation de l’électricité photovoltaïque, le stockage d’énergie, l’urbanisme des logements de haute qualité environnementale, des éco-quartiers sont d’ores et déjà en construction dans la commune du Port. Le véritable avancement de l’île de La Réunion en termes d’écologie est sans doute le recyclage des déchets de canne à sucre. C’est grâce à la « bagasse », le résidu de la canne à sucre que les usines peuvent transformer ces déchets en biomasse. Ainsi 70% de la canne à sucre étant transformée en jus, celui-ci permettra de fabriquer des produits dérivés tel que le fameux rhum Charrette et la bagasse quant à elle servira à produire de l’électricité. Il existe deux centrales thermiques à La Réunion, celle de Gol à St Louis et celle de Bois-rouge à St André dans lesquelles ces déchets sont recyclés afin de produire de l’énergie bio.

 

Un secteur écologique à la pointe sur l’île intense

 

Il faut dire qu’en 2009 La Réunion devance le protocole de Kyoto, elle s’est inscrite cinq ans avant dans la lutte contre le réchauffement climatique. D’ailleurs la société EDF achète l’énergie produite par la bagasse, et actuellement ce recyclage des déchets de la canne à sucre permet de fournir l’électricité nécessaire pour environ quatre-vingt-onze mille habitants. D’autre part La Réunion a ouvert plusieurs filières universitaires basées sur l’agro-écologie, l’une d’elles a été mise en exergue par Biophyto, un projet de recherche portant sur la production durable de mangues sans insecticide à La Réunion. En outre, l'IUT de Saint-Pierre a délivré ce mois-ci les premiers certificats universitaires de qualification professionnelle, en  protection agro-écologique des cultures. Par conséquent la belle île volcanique ne cesse de se développer sur le plan écologique, une bonne nouvelle pour les amateurs de nature et de randonnée.

 

L’île de La Réunion investit dans un secteur d’avenir, un bel exemple de responsabilité et d’engagement : les Réunionnais sont soucieux du futur de leur terre. Pour le bonheur des visiteurs mais aussi des habitants, l’île demeure et perdurera tel un petit joyau protégé. En tant que voyageur, le meilleur moyen de participer à ce projet est de « voyager vert ». Le tourisme vert a le vent en poupe, découvrez nos voyages et circuits à La Réunion et partez à la découverte des cirques, des cascades d’eau vertigineuses ou encore du charme des petites villes… Lors d’un voyage à La Réunion, profitez d’hébergements conciliant confort et éco-Lodge comme l’hôtel Lodge Roche Tamarin.