La culture du tiki

30 Juillet 2018

Sur cette terre égarée au beau milieu du Pacifique, les Marquises attirent les adeptes de la culture polynésienne. Cette contrée est très différente des autres archipels polynésiens à bien des égards. Les touristes ne s’y rendent pas en particulier pour le farniente ou la beauté du lagon. Sur ces 12 îles, dont une partie seulement habitée, la nature est encore à l’état brut et sauvage. En réalité, ce qui intéresse les visiteurs, c’est la culture du Tiki et les randonnées dans les îles Marquises.

 

Le Tiki est une statue de légendes en Polynésie, plus précisément dans les îles Marquises, son berceau. C’est à la fois un art, mais il possède aussi une valeur spirituelle. Durant votre séjour en Polynésie, vous en apercevrez sur les marae (lieu de culte traditionnel), dans les musées et à l’extérieur des maisons de presque toutes les îles habitées. Pour en connaitre davantage sur le Tiki, voici quelques notions.

 

L’histoire du Tiki d’après les légendes polynésiennes

 

Les sorciers polynésiens ou le tahu’a affirment que le Tiki a créé l’Homme. D’après eux, cette force spirituelle serait le seul et unique descendant du « manao » ou « mana », une force invisible dont l’Homme détient quelques brides.

 

Cette statue prend l’apparence d’un humain, notamment un homme. Elle est perçue comme un demi-dieu. Elle est crainte et vénérée, car elle est à l’origine de la force, la beauté et la prospérité.

 

 

Sur l’île de Moorea, les locaux témoignent encore des pouvoirs du Tiki sur l’Homme. Un habitant local craignant qu’on lui dérobe un Tiki entreposé au fond de son jardin depuis plusieurs années décide de le cimenter pour le rendre immobile. La colère du demi-dieu s’est abattue sur lui et l’a paralysé. S’il n’avait pas réalisé son erreur et réparé celle-ci aussi vite, il n’aurait jamais retrouvé la santé. Le rôle de cette statue sacrée est de protéger contre les forces du mal. Cependant, toute personne qui ose ignorer sciemment ses pouvoirs en payera les frais au péril de sa vie.

 

Quelques éléments descriptifs du Tiki polynésien

 

En Polynésie, le Tiki guide les sculpteurs. Ces derniers lui attribuent une posture qui fait penser à une position du Haka. Généralement, le visage est triangulaire, le cou presque inexistant, les bras repliés vers l’avant et contre le corps, les jambes sont courtes et légèrement pliées.

 

La tête du Tiki a une forme disproportionnelle. C’est pour exprimer sa puissance. Les yeux symbolisent le pouvoir surnaturel et le savoir tandis que la bouche formant souvent une grimace a pour but de provoquer l’adversaire et le défie.

 

Quant à la taille, cela se décline à l’infinie. Il existe des statuettes, mais aussi de gigantesques sculptures pouvant atteindre 2,35 mètres comme celui du marae d’Oipona dans la baie de Puamau à Hiva Oa.

 

On retrouve, généralement, un tiki près d’un marae. À Tahiti, les locaux le posent à l’extérieur de leurs maisons.  

 

 

L’art du Tiki en Polynésie

 

En Polynésie, le Tiki représente un art à part entière. On le retrouve en sculpture, en tatouage ou sous forme de peinture. Les premières sculptures de Tiki en pierre datent de 1400 à 1450. Aujourd’hui, l’initiation à cet art est strictement codifiée. Seuls quelques artistes minutieusement sélectionnés ont le privilège de le pratiquer.

 

La culture du Tiki dépasse, actuellement, les frontières. Pour découvrir les plus belles et les plus authentiques statues, rendez-vous aux Marquises. Mais avant tout cela, jetez un œil au programme de ce séjour en Polynésie et faites-nous savoir si vous avez besoin de le personnaliser.