Recevez votre devis personnalisé
La Réunion
Depuis le 1er août 2010, les "Pitons, Cirques et Remparts" de la Réunion sont devenus le bien mondial de l’humanité. Le développement durable appelle aux changements de comportement de chacun (citoyens, entreprises, collectivités territoriales, gouvernements, institutions internationales) face aux menaces qui pèsent sur les hommes et la planète (inégalités sociales, risques industriels et sanitaires, changements climatiques, perte de biodiversité...). Sur l’île de la Réunion, où l’acuité des enjeux est particulièrement marquante, il y a à ce jour une absolue nécessité de mettre en œuvre ces principes dans notre quotidien ( principes de solidarité entre les générations, et entre les territoires ; principe de précaution ; principe de pollueur - payeur ; principe de gouvernance, biodiversité … ). Quelques enjeux du développement touristique à la Réunion :
  • Accueillir 250 000 personnes de plus d’ici 2025
  • Préserver le lien social dans une pluralité culturelle et sociale
  • Former et qualifier les Réunionnais
  • Gestion raisonnée des ressources naturelles renouvelables
  • Protéger des ressources naturelles non renouvelables
  • Favoriser le co-développement durable à l’échelle de l’Océan Indien.

Aujourd’hui à la Réunion, malgré des avancées significatives dans la dernière décennie, nos pratiques individuelles journalières (trie des déchets, gestion de l’eau, consommation énergétique, modes de déplacements…) et les politiques publiques ( assainissement collectif et individuel, déchets, offre diversifiée de transports, démarches haute qualité environnementale dans les constructions publiques, gestion des risques..) doivent encore progresser dans la mise en œuvre des principes du développement durable à la Réunion. Principale ombre au tableau : la voiture. Environ 27 000 nouveaux véhicules sont immatriculés chaque année. Ce chiffre élevé s'explique à la fois par la passion des Réunionnais pour l'automobile et par l'absence de transports collectifs performants. Outre les émissions de CO2, cet engouement a des effets immédiats sur l'environnement.

Les points forts en matière de développement durable

La Réunion produit déjà 40 % d'énergies renouvelables, à travers des installations comme la centrale thermique de Bois-Rouge utilisant la bagasse (résidu de canne à sucre), la ferme photovoltaïque du Port, la centrale hydraulique et la ferme éolienne de Sainte-Rose. La Réunion est aussi le premier département français pour l'utilisation de chauffe-eau solaires : 80 000 appareils de ce type fonctionnent sur l'île et leur nombre s'accroît de 10 000 par an. Et le conseil régional, avec l'aide d'EDF, a mis en circulation près d'un million d'ampoules basse tension, vendues un euro pièce.

Faune et Flore

On recense plus de 1 000 espèces de plantes sur l’île de La Réunion. Les différentes migrations y ont largement contribué au fil des siècles. Ses différents climats tropicaux, avec ses terres pouvant être très sèches, ou ses forêts humides, tout est réunis sur un si petit périmètre pour donner naissance à des senteurs et des couleurs qui ne cessent d'émerveiller chacun d'entre nous.La Réunion contient beaucoup d'espèces animales endémiques tel le tuit-tuit. 104 espèces vivant sur l'île de La Réunion étaient inscrite sur la liste rouge éditée par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) au 12 septembre 2008. La découverte du Dodo (ou Dronte) remonte à 1600 sur l'île de la Réunion et l'île Maurice. L'extinction de cet animal est survenue à peine 80 ans après sa découverte.
 
À la Réunion, la marque de bière Bourbon, a repris l'effigie du Dodo sur ses étiquettes. C'est ainsi que lorsque les habitants achètent cette bière locale, ils demandent "une dodo". Le lagon offre des fonds sympathiques par endroit, avec toute une faune de petits crustacés et de petits poissons près à se faire admirer par les apnéïstes observateurs. Quelques reptiles et des batraciens bruyants les nuits d'été sont présents sur l’île. Le margouillat est, par exemple un petit lézard "transparent" et inoffensif, qui tente de s'infiltrer dans les maisons le soir venu, et pousse un petit cri de bienvenue dans votre chambre. D’autres rongeurs, rapaces, oiseaux s’épanouissent sur le territoire réunionnais.

Développement durable

Depuis le 1er août 2010, les "Pitons, Cirques et Remparts" de la Réunion sont devenus le bien mondial de l’humanité. Le développement durable appelle aux changements de comportement de chacun (citoyens, entreprises, collectivités territoriales, gouvernements, institutions internationales) face aux menaces qui pèsent sur les hommes et la planète (inégalités sociales, risques industriels et sanitaires, changements climatiques, perte de biodiversité...). Sur l’île de la Réunion, où l’acuité des enjeux est particulièrement marquante, il y a à ce jour une absolue nécessité de mettre en œuvre ces principes dans notre quotidien ( principes de solidarité entre les générations, et entre les territoires ; principe de précaution ; principe de pollueur - payeur ; principe de gouvernance, biodiversité … ). Quelques enjeux du développement touristique à la Réunion :
  • Accueillir 250 000 personnes de plus d’ici 2025
  • Préserver le lien social dans une pluralité culturelle et sociale
  • Former et qualifier les Réunionnais
  • Gestion raisonnée des ressources naturelles renouvelables
  • Protéger des ressources naturelles non renouvelables
  • Favoriser le co-développement durable à l’échelle de l’Océan Indien.

Aujourd’hui à la Réunion, malgré des avancées significatives dans la dernière décennie, nos pratiques individuelles journalières (trie des déchets, gestion de l’eau, consommation énergétique, modes de déplacements…) et les politiques publiques ( assainissement collectif et individuel, déchets, offre diversifiée de transports, démarches haute qualité environnementale dans les constructions publiques, gestion des risques..) doivent encore progresser dans la mise en œuvre des principes du développement durable à la Réunion. Principale ombre au tableau : la voiture. Environ 27 000 nouveaux véhicules sont immatriculés chaque année. Ce chiffre élevé s'explique à la fois par la passion des Réunionnais pour l'automobile et par l'absence de transports collectifs performants. Outre les émissions de CO2, cet engouement a des effets immédiats sur l'environnement.

Les points forts en matière de développement durable

La Réunion produit déjà 40 % d'énergies renouvelables, à travers des installations comme la centrale thermique de Bois-Rouge utilisant la bagasse (résidu de canne à sucre), la ferme photovoltaïque du Port, la centrale hydraulique et la ferme éolienne de Sainte-Rose. La Réunion est aussi le premier département français pour l'utilisation de chauffe-eau solaires : 80 000 appareils de ce type fonctionnent sur l'île et leur nombre s'accroît de 10 000 par an. Et le conseil régional, avec l'aide d'EDF, a mis en circulation près d'un million d'ampoules basse tension, vendues un euro pièce.

Faune et Flore

On recense plus de 1 000 espèces de plantes sur l’île de La Réunion. Les différentes migrations y ont largement contribué au fil des siècles. Ses différents climats tropicaux, avec ses terres pouvant être très sèches, ou ses forêts humides, tout est réunis sur un si petit périmètre pour donner naissance à des senteurs et des couleurs qui ne cessent d'émerveiller chacun d'entre nous.La Réunion contient beaucoup d'espèces animales endémiques tel le tuit-tuit. 104 espèces vivant sur l'île de La Réunion étaient inscrite sur la liste rouge éditée par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) au 12 septembre 2008. La découverte du Dodo (ou Dronte) remonte à 1600 sur l'île de la Réunion et l'île Maurice. L'extinction de cet animal est survenue à peine 80 ans après sa découverte.
 
À la Réunion, la marque de bière Bourbon, a repris l'effigie du Dodo sur ses étiquettes. C'est ainsi que lorsque les habitants achètent cette bière locale, ils demandent "une dodo". Le lagon offre des fonds sympathiques par endroit, avec toute une faune de petits crustacés et de petits poissons près à se faire admirer par les apnéïstes observateurs. Quelques reptiles et des batraciens bruyants les nuits d'été sont présents sur l’île. Le margouillat est, par exemple un petit lézard "transparent" et inoffensif, qui tente de s'infiltrer dans les maisons le soir venu, et pousse un petit cri de bienvenue dans votre chambre. D’autres rongeurs, rapaces, oiseaux s’épanouissent sur le territoire réunionnais.