Recevez votre devis personnalisé
Maldives

Un environnement en danger

On le sait désormais : les îles exotiques sont les premiers territoires menacés par la montée des eaux et le changement climatique. Mais une réelle prise de conscience est apparue, ces dernières années, et le gouvernement élu en 2008 réagit face à ces dangers. La mise en place de deux institutions publiques destinées à la gestion des déchets, the Waste Management Corporation Limited et The Thilafushi Corporation Limited, traduit cette nouvelle implication; l’objectif de la première est de renforcer le système national de traitement, celui de la seconde étant de se concentrer principalement sur le territoire de Thilafushi.

 

De plus, les autorités cherchent à trasnformer l’industrie du voyage afin de rendre le tourisme, indispensable à l’économie de l’archipel, plus responsable et d’avoir des effets positifs sur l’environnement et la population locale. Le Président de l’archipel des Maldives, Mohamed Nasheed, a pris l’engagement de rendre l’île neutre en carbone d’ici à 2020 et de prélever désormais une "taxe carbone" de 3 dollars par jour et par touriste, pour financer la protection des récifs coralliens et des mangroves, mais aussi l’achat de terrains en Inde ou en Australie – destinées à accueillir la population si elle devait un jour quitter ses terres envahies par les eaux.

La protection s’organise

L’environnement a un effet direct sur toutes les facettes de la vie des habitants des Maldives. L’île est protégé par des milliers de récifs qui permettent à l’archipel de survivre. La population locale vivant de la pêche a besoin d’un faune sous-marine riche et la préservation de la beauté des sites est directement en lien avec le maintien de l’activité touristique. Ces îles ont besoin de ces citoyens et visiteurs pour prendre soin des richesses naturelles qui font d’elles l’un des lieux les plus magiques sur la planète.

 

Depuis 1995, plusieurs mesures gouvernementales ont été mises en place afin de protéger les 1 190 îles qui composent l’archipel. De nombreuses zones marines ont été classées comme territoires protégés. Les espèces marines en danger telles que les requins-baleines, les tortues ou encore les dauphins sont aussi légalement protégées. Sur l’île de Baa, le lagon Hanifaru a été récemment inscrit comme zone protégée. Les Maldives sont un des leaders mondiaux préconisant des engagements obligatoires en matière d’émissions de carbone et sur les autres aspects de la lutte contre le réchauffement climatique.

Développement durable

Un environnement en danger

On le sait désormais : les îles exotiques sont les premiers territoires menacés par la montée des eaux et le changement climatique. Mais une réelle prise de conscience est apparue, ces dernières années, et le gouvernement élu en 2008 réagit face à ces dangers. La mise en place de deux institutions publiques destinées à la gestion des déchets, the Waste Management Corporation Limited et The Thilafushi Corporation Limited, traduit cette nouvelle implication; l’objectif de la première est de renforcer le système national de traitement, celui de la seconde étant de se concentrer principalement sur le territoire de Thilafushi.

 

De plus, les autorités cherchent à trasnformer l’industrie du voyage afin de rendre le tourisme, indispensable à l’économie de l’archipel, plus responsable et d’avoir des effets positifs sur l’environnement et la population locale. Le Président de l’archipel des Maldives, Mohamed Nasheed, a pris l’engagement de rendre l’île neutre en carbone d’ici à 2020 et de prélever désormais une "taxe carbone" de 3 dollars par jour et par touriste, pour financer la protection des récifs coralliens et des mangroves, mais aussi l’achat de terrains en Inde ou en Australie – destinées à accueillir la population si elle devait un jour quitter ses terres envahies par les eaux.

La protection s’organise

L’environnement a un effet direct sur toutes les facettes de la vie des habitants des Maldives. L’île est protégé par des milliers de récifs qui permettent à l’archipel de survivre. La population locale vivant de la pêche a besoin d’un faune sous-marine riche et la préservation de la beauté des sites est directement en lien avec le maintien de l’activité touristique. Ces îles ont besoin de ces citoyens et visiteurs pour prendre soin des richesses naturelles qui font d’elles l’un des lieux les plus magiques sur la planète.

 

Depuis 1995, plusieurs mesures gouvernementales ont été mises en place afin de protéger les 1 190 îles qui composent l’archipel. De nombreuses zones marines ont été classées comme territoires protégés. Les espèces marines en danger telles que les requins-baleines, les tortues ou encore les dauphins sont aussi légalement protégées. Sur l’île de Baa, le lagon Hanifaru a été récemment inscrit comme zone protégée. Les Maldives sont un des leaders mondiaux préconisant des engagements obligatoires en matière d’émissions de carbone et sur les autres aspects de la lutte contre le réchauffement climatique.